Un maître de l'humour noir et de l'étrange


Si vous aimez l'ironie, la dérision, l'humour noir, le sarcasme, l'étrange et le surnaturel, vous aimerez les œuvres de ce grand nouvelliste américain dont le destin mystérieux reste encore une égnime.

Ambrose Gwinett BIERCE (1842-1913) débuta comme journaliste et se distingua par la virulence de ses articles. Il dénonçait, sous une forme toujours humoristique, la bêtise, l'hypocrisie, la violence, l'exaction et le racisme. Il s'attaquait aux élus, aux capitalistes et aux notables.

Le dictionnaire du diable est l'une de ses œuvres les plus connues. Ce recueil d'aphorismes est un condensé d'humour, d'ironie, de cynisme et d'invention. Je ne résiste pas au plaisir de vous en livrer quelques savoureuses définitions:

Politesse: la plus acceptable des hypocrisies.
Infortune: cette sorte de fortune qui ne nous rate jamais.
Bien-être: état d'esprit produit par la contemplation des ennuis d'autrui.
Raseur: personne qui vous parle quand vous souhaitez qu'elle vous écoute.
Médire: faire le portrait d'un homme comme il est, quand il n'est pas là.
Absurdité: affirmation manifestement incompatible avec sa propre opinion.
Sincère: muet et illettré.
Reposer: cesser de déranger.
Aider: faire un ingrat.
Adorer: vénérer non sans espérances.

On lui prête aussi cette définition de l'astrologie: l'art de faire découvrir les étoiles aux gogos.

J'ai découvert A. BIERCE avec Histoires Impossibles  traduites par Jacques Papy et publiées par Grasset en 1956.
Parmi les 17 nouvelles qui composent ce livre, 13 appartiennent au domaine du fantastique et de l'étrange.
A. BIERCE y aborde, entre autres, les thèmes de la femme panthère, de l'enterré vivant (avec beaucoup d'humour!), de l'automate qui échappe au contrôle de son inventeur, des fantômes, de l'absurdité de la guerre. Les quatre dernières nouvelles regroupées sous le titre "Le club des parenticides" sont de purs chefs-d'œuvre d'humour noir.
Plusieurs de ses nouvelles dites "militaires", menées avec un art diabolique jusqu'aux chutes finales (Chickamauga en est le plus bel exemple), restituent, dans son atrocité et son horreur, la guerre de Sécession à laquelle il a participé. En même temps il nous fait partager l'immense dégoût qu'il lui en est resté.

Retour vers sommaire

Haut de la page